jeu 30/05/2019 - 13:07 Par Vincent Fillion
7min.

Plus récemment, plusieurs de ces petites brasseries ont commencé à intégrer une offre de diffusion culturelle au sein de leur programmation. Est-ce une façon de sortir du lot, d’encourager les artistes locaux ou simplement de vendre plus de bière ? Bien plus que ça. Le réseau des microbrasseries du Québec est devenu un véritable moteur de diffusion en région.

Cate de la route des bières au Québec

Note: ce billet a d'abord été publié sur le site metier-musicien.org le 9 octobre 2016. Reproduit avec la permission de l'auteur.

Depuis une vingtaine d'années, une nouvelle industrie de la bière produite par de petites entreprises s’est confortablement installée un peu partout au Québec. Dans presque toutes les villes et de plus en plus dans les villages, une ou des brasseries artisanales (ou « microbrasseries ») font leur apparition, portant des valeurs comme l’encouragement de l’économie locale, des arts et d’un nouvel hédonisme québécois. Plus récemment, plusieurs de ces petites brasseries ont commencé à intégrer une offre de diffusion culturelle au sein de leur programmation. Est-ce une façon de sortir du lot, d’encourager les artistes locaux ou simplement de vendre plus de bière ? Bien plus que ça. Le réseau des microbrasseries du Québec est devenu un véritable moteur de diffusion en région.

Connaître le réseau

Donnons ici un exemple précis. Dans l’Est du Québec (Bas-Saint-Laurent, Gaspésie/Baie-des-Chaleurs), chaque ville a sa microbrasserie. Fortement portées sur une fierté d’encourager l’économie locale, celles-ci se sont regroupées autour d’un projet simple : la Route des bières de l’Est du Québec.

Sous la forme d’une carte de l’Est du Québec où chaque ville est représentée par sa brasserie, on découvre le sommaire des activités offertes dans chaque établissement. Premier constat : la quasi-totalité offre des spectacles musicaux ou des expositions ! Le dépliant est distribué dans plusieurs points d’informations touristiques un peu partout entre Kamouraska et les Îles-de-la-Madeleine, et bien sûr dans les douze microbrasseries participantes. En se regroupant pour mieux faire découvrir aux touristes cette véritable culture régionale, les microbrasseries encouragent les gens à prendre la route pour goûter à leur savoir-faire brassicole, mais aussi à vivre une véritable expérience culturelle alliant bières, bouffe, arts de la scène et décors enchanteurs.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en Abitibi-Témiscamingue et dans la région de la Capitale-Nationale, des systèmes similaires sont envisageables. En s'intéressant au réseau, on découvre beaucoup d’endroits qui sont prêts à accueillir des groupes émergents et indépendants.

Par expérience…

Pour avoir fait de la tournée dans les régions du Québec au sein d’un groupe totalement indépendant depuis 3 ans maintenant, je peux affirmer que j’ai joué dans beaucoup plus de microbrasseries que de salles de spectacles. De plus, les petites salles indépendantes ou auberges de jeunesse qui complètent ces trajets servent quasi-uniquement des produits de microbrasserie à leur bar.

Pour nous, la question n’était même pas à se poser ; c’est allier l’utile à l’agréable. Quand tu joues dans une salle pilotée par une petite entreprise, même si ton cachet n’est pas à tout casser, tu te sens valorisé. Plusieurs de ces endroits t'offrent l’hébergement et un repas. Tu crées des contacts et des amitiés qui dureront. De cette façon, tu fais partie d’un réseau grossissant déployé à travers toute la province, qui te fait sortir des grands centres urbains et te fait découvrir des publics que tu n’aurais pas espéré rejoindre, en plus de voir du pays comme pas un.

Et comment s’y intégrer ?

Il est certain que, depuis qu’elles ont remarqué l’intérêt que les artistes leur portent, les diverses institutions doivent faire un tri. Les quelques maisons de disques dites «majors» (lire ici : Audiogram, Bonsoud, Dare to Care/Grosse Boîte, etc) y envoient des candidatures autant que les artistes véritablement indépendants qui s’enregistrent dans leur sous-sol et qui sortent leur musique seulement en ligne. À travers tout ça, c’est vrai qu’elles choisissent les groupes plus festifs, ceux qui font vendre de la bière; mais il y a aussi place à différents moods dans leur programmation et en tant qu’artiste indépendant et début de carrière, ça vaut énormément la peine de se vendre au maximum pour tenter de s’immiscer dans celle-ci. Soyons clairs : une fois qu’un endroit te répond positivement, ça ne peut que débouler. Les différentes salles se connaissent et se parlent; mentionner à une que tu joues dans l’autre te donne la crédibilité qu’il te manque peut-être pour recevoir une réponse positive.

Bien planifier ses premiers pas en région

C’est bien beau des réponses positives, mais une fois qu’une tournée est bookée, il faut l’organiser comme il faut. Voici quelques conseils :

Calculer au sou près.

Il est très important de monter un budget de tournée avec les revenus assurés (cachets) et un estimé des revenus potentiels (vente d’albums et de marchandise), et surtout des dépenses (coûts du véhicule, essence, hébergement, nourriture). Si vos cachets ne compensent pas vos dépenses avant le début de la tournée, il est important de se donner des objectifs de vente, ou vous reviendrez les poches vides. Par exemple, pousser la vente d’albums dans les spectacles, le mentionner le plus possible. Jouer dans la rue est aussi un excellent moyen de se faire voir et entendre et ainsi d’attirer les gens au spectacle d’un groupe qu’ils ne connaissent pas. Ça peut souvent rapporter gros, quand il y a beaucoup de touristes dans la ville où vous jouez !

Planifiez tout ce qui pourrait vous être utile pour ne pas dépenser sur des articles qui vous serviront uniquement en tournée. Si vous n’avez pas d’hébergement garanti à chaque soir, amenez du stock de camping pour tout le monde. Vous aurez besoin d’une glacière pour vous nourrir sur la route, c’est certain ! Prévoyez des outils de mécanique et connaissez votre véhicule ; un bris sur la route, ça peut coûter cher en temps et en argent !

Finalement, prévoyez les frontières de ce que le groupe paiera pour tout le monde. Est-ce que c’est réaliste dans votre budget de vous payer un souper dans un restaurant à 30$ par personne ? Une caisse de douze par soir ou deux ? Est-ce que chacun devrait payer ses consommations d’alcool ? N’oubliez pas que ça monte beaucoup plus vite qu’on le pense.

Faire parler de vous

Pour mousser votre passage dans une région, les médias locaux sont souvent plus efficaces qu’on ne le pense. Appelez les journaux, les sites web/blogues et surtout les radios ! Une entrevue est rapidement organisée et augmente beaucoup votre visibilité. À la radio, cela s’accompagne la plupart du temps d’une performance live (souvent acoustique). C’est le moment de vous vendre ! Toutes ces démarches porteront fruit d’une manière ou d’une autre ; vous allez vite vous en rendre compte quand des gens viendront vous voir en spectacle. Au pire, cela fera une entrée de plus dans la section « médias » de votre dossier de presse… Selon votre budget, il peut aussi être intéressant de payer une ou un relationniste de presse pour multiplier vos chances d’entrevues et donc de retombées !

Être réaliste

Ce n’est habituellement pas à la première, ni même la deuxième présence en région que vos spectacles sont pleins. Ne vous découragez pas. Parlez aux gens, passez des soirées avec eux après les spectacles. C’est en se créant des contacts et en liant des amitiés que vos prochains concerts seront bondés. Il faut aussi savoir que faire la tournée des microbrasseries/auberges de jeunesse, c’est pas ce qu’il y a de plus payant - surtout pas la première année -, mais si tout se passe bien, vos cachets peuvent augmenter davantage les années suivantes. Gardez en tête que ce sont de petites entreprises qui vivent du tourisme et qu’ils ne peuvent garantir des sommes faramineuses pour des petits groupes encore peu connus qui ne rempliront peut-être pas la place… et même si vous êtes déficitaires la première année, avec de la volonté ça ne peut que s’améliorer!

Être réaliste, c’est aussi savoir les conditions dans lesquelles vous vivrez pendant quelques jours/semaines, c’est-à-dire : dormir peu et dans des conditions souvent peu reluisantes, faire beaucoup de route entassés dans une vanne avec votre matériel, manger peu et pas la nourriture la plus santé qu’il soit (dixit : Tim Horton’s), et surtout, dépenser beaucoup d’énergie pour peu de moments de repos. Par contre, ça vaut la peine pour développer votre public, faire connaître votre musique au-delà de votre ville natale, voir des paysages, et par-dessus tout, jouer de la musique à tous les jours !

Et les microbrasseries dans tout ça ?

Ce qui est intéressant avec elles, c’est qu’elles affichent une programmation régulière et diversifiée. Elles sont de plus en plus pleines l’été et et fréquentées autant par les locaux que par les touristes - habitués ou de passage -, jeunes et vieux.  Elles sont donc théâtre de belles rencontres, de shows qui peuvent virer su’l top et de moments inoubliables pour vous et votre nouveau public.

Somme toute

Bref, j’espère qu’après la lecture de cet article vous aurez envie de sortir de chez vous et de partir sur la route pour performer votre musique. Les microbrasseries québécoises sont à découvrir et à encourager, bien qu'elles représentent un réseau parmi bien d’autres. Informez-vous et n’hésitez pas à lancer des perches ! Avec de la volonté et de l’organisation, tout se peut pour un artiste! ;)

Quelques liens connexes :

Page Facebook de la Route des bières de l’Est du Québec : https://www.facebook.com/brasseriesdelest/

Un article paru dans le Devoir les mentionnant : http://www.ledevoir.com/plaisirs/vin/473492/la-route-des-bieres-de-l-est-du-quebec

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.